MENU



comprendre et décoder les médias

mis à jour le 19 juin 2014 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

Question abordée

Les aspects économiques sont au coeur du fonctionnement des médias et déterminent fortement le style et les contenus de chacun d’eux (station de radio, chaîne de télévision, site Internet…).


Enjeu

Si l’on veut que les enfants/ les jeunes puissent se forger des points de repère à propos du paysage médiatique, on ne peut laisser dans l’ombre les questions économiques.
Deux clés d’entrée sont facilement utilisables : à qui appartient ce média ? d’où vient l’argent pour son fonctionnement ?

A partir de ces deux questions, il sera possible d’aborder les principaux modèles économiques :
- média public, financé sur fonds publics (exemple : la chaîne de télévision LCP ou la radio Le Mouv’) ;
- média privé, autofinancé (exemple : les sites web associatifs) ;
- média privé, financé par l’utilisateur (exemple : le journal en ligne Mediapart) ;
- média privé, financé par la publicité (exemple : les stations de radio comme Nrj, Fun, Skyrock).

Sans oublier qu’on rencontre des médias qui croisent les modèles.

On pourra également pointer : la notion de service public, la publicité et le parrainage, etc.



Données

On adaptera à la tranche d’âge du groupe les exemples sur lesquels on travaille.
Les chaînes de télévision « pour enfants » peuvent constituer un bon terrain d’investigation :
- CANAL J appartient à 100 % à Lagardère Active (entreprise privée) ; elle est disponible sur abonnement ;
- GULLI appartient à 66 % à Lagardère Active (entreprise privée) et à 34 % à France Télévisions (entreprise publique) ; elle est financée par la publicité.

Une exploration du web ouvrira encore sur d’autres modèles économiques :
exemple, le site habbo.fr (univers virtuel), très fréquenté par les collégiens, propose, d’un côté, un accès gratuit sur inscription et, de l’autre, place des publicités "réelles" dans ses espaces virtuels et vend "réellement"des meubles et éléments de décoration pour les espaces virtuels "habités" par l’utilisateur.

Activité

ECO-RECHERCHE

Conditions de réalisation
Faire le choix d’un média particulier (un site web précis, une chaîne de télévision comme Gulli, etc.) et rassembler des extraits et des informations.
Disposer d’un accès à Internet.

Temps 1
On explore les contenus proposés par le média choisi.

Temps 2
On réfléchit ensuite aux coûts auxquels le média a à faire face (exemple, pour un site web : travail sur le design, travail sur les contenus, frais techniques d’hébergement…).
Puis on se demande comment ces coûts sont financés (cf les différents modèles économiques évoqués).
Enfin, on propose à chacun ou à de petites équipes de répondre à des questions précises concernant le média étudié, en recherchant sur le web différentes informations (Quelle est l’année de création ? D’où vient son nom ? A qui appartient-il ? Quels sont les autres médias ayant le même propriétaire ? Etc.)
On met en commun, par exemple sous forme d’affiches A3.
On vérifie les informations.

Activité complémentaire

Explorer l’histoire des médias : quand la télévision est-elle née ? en quelle année Internet est-il apparu en France ? Google a-t-il toujours été le moteur de recherche hégémonique qu’il est aujourd’hui ?

DOCS MULTIMEDIAS :

- Le site web de GULLI : http://gulli.fr

- La page "mentions légales" du site web de GULLI (les pages "qui sommes-nous" et "mentions légales" renferment souvent des informations intéressantes pour l’éducation aux médias) : http://www.gulli.fr/Parents/Bonjour-et-bienvenue-sur-le-site-de-Gulli

- La page Wikipedia concernant GULLI : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gulli

- La convention signée par GULLI avec le Conseil supérieur de l’audiovisuel (l’autorité de régulation de l’audiovisuel en France) : http://www.csa.fr/Espace-juridique/Conventions-des-editeurs/Les-conventions-des-editeurs-de-chaines-de-television-privees-hertziennes/Convention-de-la-chaine-Gulli

Crédit photo : recto et verso > montages captures d’écrans


Que pensez-vous de cette activité ? Dites-nous le ici.