MENU



  • JEUX VIDEO : DANGER ? 3 janvier 2010

    LA QUESTION DE L’ADDICTION

    Nous reproduisons ci-dessous le point de vue de Serge TISSERON, tel qu’il l’exprime sur son blog, dans un article daté du 6 mars 2009 :
    Mais pourquoi parlent-ils donc d’addiction ?

    Pourquoi diable certains psychiatres persistent-ils à parler d’addiction au sujet des adolescents et des jeux vidéo alors que tous les travaux comparatifs montrent qu’il ne s’agit justement pas de cela(1)  ? Je vois au moins trois raisons à cela. Bien sûr, ils en escomptent des crédits et des créations de postes. Mais ne soyons pas trop terre à terre. A mon avis, deux autres raisons les guident.
    La première est leur ignorance des relations complexes que l’être humain entretient avec les images : elles sont toujours recherchées comme un moyen de donner du sens à l’existence, et les échecs sur ce chemin ne permettent pas d’assimiler leur usage à une drogue. D’ailleurs, la consommation excessive d’images se guérit en général très bien par la fabrication des siennes, alors que la consommation excessive de tabac ou d’alcool ne s’est jamais guérie en fabriquant du vin ou du tabac, et encore moins en fabriquant des images !
    Mais la raison principale à vouloir faire de la pratique du jeu vidéo une addiction pourrait bien relever de l’estime de soi de ceux qui prétendent s’en occuper. On n’a jamais vu un patient souffrant d’alcoolisme guérir par une psychothérapie. C’est un traitement d’appoint, mais ce sont les médicaments et les groupes d’anciens buveurs qui sont les plus efficaces. Et avec l’apparition des addictions à l’héroïne et à la cocaïne, ce sentiment d’échec n’a fait qu’empirer… En alimentant le fantasme que les pratiques excessives du jeu vidéo à l’adolescence seraient une nouvelle « addiction », certains professionnels comptent bien montrer que cette fois - et à la différence de ce qui se passe pour l’addiction au tabac, à l’alcool ou au haschisch -, ils savent la guérir ! Et c’est vrai : il n’est pas trop difficile de guérir « l’addiction aux jeux vidéo » à l’adolescence, tout simplement parce qu’elle guérit le plus souvent toute seule au moment du passage à l’âge adulte ! Voilà le pas qu’il nous faut franchir. S’il est si facile de guérir « l’addiction aux jeux vidéo » à l’adolescence - contrairement à l’addiction au haschich par exemple - c’est justement parce que ce n’est pas une addiction.


    (1) Voir blog du 21/02.

    Source : www.squiggle.be/tisseron


Plus d'articles... Voir tous les articles