MENU



  • Les technologies sont devenues des objets de pouvoir, c’est-à-dire « un répertoire d’actions, de stratégies, de tactiques qui se fondent sur les techniques et leur organisation afin de nourrir ceux qui exercent le pouvoir, souhaitent le conserver ou entreprennent de le conquérir ».
    « Notre société qui valorise l’appât du gain et la réussite individuelle se retrouve autant dans les voitures que dans les plateformes numériques dont elles sont le produit. »
    « L’automatisation n’est plus un choix, mais un impératif qui découle du double impératif technologique et néolibéral qui le sous-tend ».
    « La modernisation de l’État n’est ainsi que l’autre nom, prétendument neutre, de son désengagement et du démantèlement progressif de ses fonctions. Les mots issus du champ lexical de la technique – automatiser, numériser, rationaliser – recouvrent d’un vernis de neutralité et de nécessité des choix politiques très définis ».

    Voilà quelques phrases extraites du livre "Technopouvoir : dépolitiser pour mieux régner" de Diana FILIPPOVA, citées par Hubert Guillaud, dans l’article qu’il consacre à ce livre, sur le site internetactu.net.

    Très éclairant !
    https://frama.link/technopouvoir


Plus d'articles... Voir tous les articles